Le cycle de conférences reprendra en Novembre 2017 au Pavillon d'accueil du Conservatoire.

 

 

 

Samedi 17  Février : Les plantes médicinales au fil des saisons, l’armoire à pharmacie familiale pour se réapproprier notre santé, par Sarah Kupiec,

 

Herbaliste certifiée par l’école lyonnaise des plantes médicinales et des savoirs naturels et productrice de tisanes à Dinéault 29.

 

 

 

Productrice cueilleuse de plantes aromatiques et médicinales, Sarah cultive une quarantaine d'espèce de plantes qu'elle récolte et sèche pour en faire des tisanes.

 

Elle témoignera des bienfaits thérapeutiques et autres secrets de ces plantes, comment les reconnaître et les utiliser au quotidien.

 

A l'issue de la conférence, possibilité d'acheter sur place différentes tisanes.

 

Rendez-vous au pavillon d'accueil du Conservatoire botanique à 14h30.

 

 

 

 

Samedi 27 Janvier : 2018 L'horticulture japonaise à l'époque Edo (XVII-XIXè), par Sophie Le Berre, spécialiste de l’histoire de l’horticulture japonaise, et de la flore du Japon, elle est actuellement chargée de mission Relations Internationales au Domaine de Chaumont-sur-Loire.

 

La conférence :

Durant l'époque Edo (1603-1868), le Japon, qui connaissait une période de paix, a été le pays le plus créatif du monde sur le plan horticole, dépassant même l'Angleterre, et la ville de Tokyo, qui portait alors le nom d'Edo, était une véritable cité-jardin.

Comment cette vogue horticole est-elle née ?

Quels ont été les acteurs de ce développement et quelles plantes ont été créées à cette époque ?

C'est ce que nous découvrirons durant la conférence, à travers la projection de documents anciens, d'estampes et de photographies.

 

Diplômée de l'Institut National des Langues Orientales, Sophie Le Berre a vécu 5ans au Japon, chargée de relations internationales pour le gouvernement japonais. C'est pendant ce séjour à Tamakatsu ( île de Shikoku ), à travers l'art floral, qu'elle s'est intéressée à la flore japonaise et à son histoire.

L'histoire de l'horticulture est un sujet qui la passionne au point de reprendre des études et des recherches sur la période Edo.

 

Rendez-vous au pavillon d'accueil du Conservatoire botanique à 14h30

 

 

 

Samedi 17 Novembre : A la sauvegarde du panicaut vivipare

 

 

Erwan Glemarec, botaniste au Conservatoire botanique de Brest et, coordinateur du plan d’action en faveur du Panicaut vivipare ainsi que Pauline RASCLE, doctorante à l’université de Bretagne Occidentale et au CBN de Brest nous proposeront la 1ère conférence.

 

 

Il ne reste plus aujourd'hui en France qu'une seule station du Panicaut vivipare (Eryngium viviparum J.Gay). Une mobilisation collective, de la Bretagne à la Galice, œuvre pour la sauvegarde de cette espèce végétale en voie d'extinction. Le Conservatoire botanique national de Brest coordonne un plan d’actions qui visent à conserver la population d’Eryngium viviparum par le maintien et la réintroduction de populations, l’amélioration des connaissances de sa biologie et de son écologie et la mise en place d’action d’information des publics.

 

 

Rendez-vous au pavillon d’accueil, au pied des serres à 14h30.