ARISAEMA TORTUOSA

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo M. Le Hérissé

 

Une plante de la famille des Aracées qui comprend dans nos régions l’Arum des bois.  

 

Originaire de l’Himalaya au sens large où elle pousse jusqu’à une altitude de 2900m ce qui lui vaut une rusticité assez importante, cette plante apportera à coup sûr dans le jardin une touche d’originalité, surtout par sa fleur qui lui a valu le surnom de Lis Cobra chez les Anglais.

 

C’est le plus grand du genre : il peut atteindre en nature la taille respectable de 1.5 à 2m. Je le cultive en pot où sa taille est nettement plus raisonnable : 80cm.

La plante est en végétation en été seulement : une à 2 feuilles composée de plusieurs lobes sortent en mai-juin d’un gros tubercule. La floraison est extraordinaire : à l’extrémité d’un fort pédoncule, un spathe en forme d’entonnoir vert pâle strié de vert plus foncé, la base du spathe étant vert glauque pruiné. Le spathe protège les fleurs femelles et les fleurs mâles enchâssées sur un appendice qui se prolonge en un long spadice de 30cm qui se dresse vers le haut, sa couleur varie du vert au pourpre selon les plants. La plante dégage une odeur qui attire les insectes qui assurent la fécondation de la fleur.

Il en résulte une fructification rouge magnifique, chaque fruit donne 2 graines rondes qui germent facilement au printemps.

 

La plante se reproduit aussi de manière végétative par division spontanée du tubercule, trait commun à tous les Arisaema.

 

L’Arisaema tortuosa se plaît en bonne terre de jardin bien drainée et humifère, à mi ombre, mais nécessite de la chaleur pour bien se développer, c’est pourquoi elle pousse en fin de printemps et été, s’il n’y a pas de fructification, la plante se met plus rapidement en dormance.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo M. Le Hérissé

Le spathe vert strié et le long spadice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo M. Le Hérissé

Les étamines sur le haut de la base du spadice.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo M. Le Hérissé

La plante et sa fructification.

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

 

photo M. Le Hérissé

Détail des fruits.